La libération des otages à Gaza

La libération des otages à Gaza

novembre 22, 2023 1 Par Eli Laik

La libération des otages à Gaza

La libération des otages à Gaza, depuis qu’ils ont été capturés, le but de tous les occidentaux est de les ramener tous sains et saufs à la maison.

Drapeau d’Israël

Hier soir, l’information est tombée, un premier accord sur la libération de 53 otages doit être soumis par Benyamin Netanyahou à l’approbation:

  1. À 18 heures du Conseil de guerre composé du P.M, de Chef de l’opposition, du Ministre de la Défense, et du Chef d’État major.
  2. À 19 heures du Conseil de sécurité composé outre les premiers, des Ministres de l’Intérieur, et de la Sécurité, des différents services de renseignement.
  3. À 20 heures de tous ceux-ci et de l’ensemble des Ministres.

A chaque échelon, chacun a pu donner sa position, il ressort que les Ministres Bezalel Smotrich et Ben Gvir ainsi que les Ministres issus de leurs partis sont opposés à cet accord qui porte la signature du ‘Hamas conseillé par l’Iran, ils sont partisans d’un accord dont les termes seraient dictés par Israël.

Les termes de l’accord pour la libération des otages à Gaza proposé à l’approbation

  • 53 otages seront libérés principalement des enfants et leur mère.
  • 10 otages seront libérés chaque jour.
  • Un cessez-le-feu de 4 jours entrera en vigueur dans la bande de Gaza.
  • 150 prisonniers palestiniens seront libérés, principalement des femmes et des mineurs.
  • Les drones de Tsahal cesseront leur activité 6 heures durant le cessez-le-feu.
  • Les otages seront transférés en Égypte par le point de passage de Rafah, avant d’être emmenés en Israël.
  • Le ‘Hamas aura l’obligation de remettre à Israël les noms des otages qui seront libérés un jour à l’avance.
  • Les soldats, les hommes et les corps des personnes décédées ne seront pas relâchés pour l’instant.
  • Les otages de nationalité étrangères et les personnes âgées pourraient être libérées pendant le cessez-le-feu.

Conditions de validation de l’accord.

Cet accord devrait recevoir l’accord du Conseil des Ministres puisque 6 Ministres sont opposés sur les 36 du Gouvernement de Guerre, à noter que Gideon Saar a déclaré qu’il souhaitait émettre des réserves.

Si des requêtes sont déposées auprès de la Haute Cour de justice contre l’accord d’enlèvement, qui sera soumis au gouvernement pour approbation ce soir, la procureure générale Gali Baharav-Miara devrait le défendre pour trois motifs principaux : le bien-fondé de la prise de décision, le recours aux opinions des responsables de la sécurité et la non-justiciabilité institutionnelle des décisions politiques. En conséquence, la Haute Cour de justice a tenu une audience rapide sur les pétitions contre l’accord. On estime que la Haute Cour conclura l’audience dans quelques heures afin de ne pas retarder l’accord et, comme d’habitude, n’interviendra pas dans la transaction pour des raisons de non-justiciabilité des accords politiques.

Si vous souhaitez être informé de nos articles, en renseignant ce formulaire vous en serez avisé dès sa parution.

Résultat du vote du Conseil des Ministres

Sionisme religieux :

Après de nombreuses heures de discussions au sein du gouvernement, les Ministres du sionisme religieux ont demandé une pause pour consultation avant le vote et ont décidé à l’unanimité de voter en faveur de l’accord visant à libérer les personnes enlevées.

Les Ministres du sionisme religieux étaient convaincus qu’il s’agissait d’une réalisation qui était conforme aux objectifs généraux de la guerre et qui, à Dieu ne plaise, ne lui nuisait pas. Un accord à bas prix qui est le résultat de la pression qui est et sera exercée sur Sinwar, un accord qui conduira à la libération de nombreuses femmes et enfants, une décision limitée dans le temps et qui comprend des mécanismes de mise en œuvre clairs qui empêcheront une érosion rampante. et immédiatement après, la guerre reprendra avec détermination et détermination jusqu’à la destruction du Hamas et l’élimination de la menace que représente Gaza pour les citoyens d’Israël.

La clarté concernant les objectifs de la guerre et l’obligation de continuer avec l’aide de Dieu et de ne pas s’arrêter jusqu’à ce qu’ils soient pleinement atteints est partagée de bout en bout par tous les ministres du gouvernement et du cabinet et par toutes les agences de sécurité, ce qui garantit la capacité à résister aux pressions intérieures et extérieures et poursuite des combats dans l’unité et au sein d’un large consensus national.

Déclaration de Bezalel Smotrich

Le Ministre des Finances Bezalel Smotrich :
« Ce n’est un secret pour personne qu’avant les discussions au sein du gouvernement, nous pensions le contraire, mais au cours de ces discussions longues et approfondies, nous étions tous convaincus que le retour des personnes enlevées ferait progresser les objectifs de la guerre et que le gouvernement, le cabinet et l’ensemble des forces de sécurité système s’engagent sans réserve à poursuivre la guerre jusqu’à la destruction du Hamas. Nous étions convaincus que Tsahal est prêt à protéger nos forces et même à profiter du court arrêt opérationnel pour préparer et accumuler des acquis en vue de la poursuite de la campagne et que l’accord comprend des mécanismes clairs qui empêcheront le remaniement et la capitulation future face aux manipulations de Sinwar.

C’est pourquoi nous avons décidé qu’il s’agissait d’un accord bon et correct et nous avons voté en sa faveur. Nous espérons qu’elle portera ses fruits et que de nombreuses familles seront réunies dans les prochains jours et que cela constituera une contribution importante à l’élévation de l’esprit et du moral national et, en tout cas, au soutien total du peuple à la poursuite du mouvement pour la guerre jusqu’à ce que ses objectifs généraux soient atteints.

Nous faisons appel aux combattants et commandants héroïques, réguliers et réservistes soyez fiers ! Votre dévouement et vos efforts pour la victoire ont permis de ramener chez eux de nombreuses personnes enlevées et, avec l’aide de Dieu, votre détermination mènera à l’avenir à la destruction du Hamas et du reste des organisations terroristes, à la démilitarisation de toute la bande de Gaza et au retour de toutes les personnes enlevées. Nous n’avons pas l’intention de nous arrêter, bien au contraire l’échelon politique vous soutient, croit en vous et est convaincu que vous parviendrez à terminer le travail, à détruire les nazis du Hamas à Gaza et à restaurer la sécurité nationale et l’honneur des citoyens d’Israël. »

Analyse

Ce vote est la preuve de la cohésion du peuple d’Israël, les services de sécurité et l’armée ainsi que tous les partis en présence ayant fait part de leur détermination à poursuivre le but ultime c’est à dire l’éradication du ‘Hamas. Il n’y aura plus de pression intérieure ou extérieure pour s’y opposer.

Le Hamas a déclaré qu’il ne détenait que 32 enfants et pas 40. Considère t-il que des enfants de plus d’un certain âge sont des adultes. Sinon qu’en est-il des 8 manquants?

Hier soir un enfant de 2 ans déambulait à Dizengoff, il était incapable de donner son adresse, il a été pris en charge par une ambulance, et amené à l’hôpital accompagné par un agent de police. Serait-il un des 8 enfants manquants. Que fait un enfant de 2 ans seul dans la rue?

Conclusion

Depuis toujours, j’ai été opposé à des accords lors de prises d’otages, car l’enlèvement et la séquestration sont des crimes. Que voulez-vous négocier avec des criminels? Leur impunité? En outre la négociation est un message de faiblesse adressé aux autres criminels, puisqu’ils peuvent espérer la clémence. La seule solution, l’assaut.

Concernant un accord avec le ‘Hamas, il nous a habitué à des marchandages sans fin qui ont abouti à l’échange de Guilad Shalit contre 1027 terroristes aux mains tâchées de sang. Ces terroristes avaient récidivé puisque 53 d’entre eux toujours inscrits au Hamas avaient été arrêtés en 2014 lors de l’opération « Gardiens de nos frères ».

Cet accord est perfectible car il ne parle pas des 239 otages dument listés mais de seulement 53 non listés.

Nous n’avons aucune liste des otages, combien sont-ils? Sont-ils en vie? En bonne santé?

Si d’autres otages devaient être libérés, il est probable qu’en contrepartie une prolongation de la trêve et d’autres prisonniers seraient réclamés? Lesquels seront-ils? Une fois le doigt dans l’engrenage nous ne pourrons pas faire marche arrière.

Print Friendly, PDF & Email