Lapid totalement antidémocratique

Comments (0) Cour Suprême, Elections Israël, Knesset, Likoud

Eli LAIK

La plus grande juridiction d’un État, c’est le peuple, car il est souverain. Lorsqu’il a voté tout le monde doit s’incliner.

Le système électoral israélien au scrutin à un tour par liste à la proportionnelle intégrale donne la parole à tout le monde, mais empêche de gouverner.

Après un blocage institutionnel d’un an et trois scrutins successifs, aucune majorité ne s’est révélée en raison du changement de camp d’un parti fort de 7 Députés “Israël Beteinou.”

En pleine pandémie, tous les élus se sont rangés derrière l’avis du Président, il est impensable d’envisager un quatrième tour coûteux en temps perdu et en deniers public alors que le pays est en coma économique depuis 2 mois.

Après bien des tergiversations, la moitié du camp Bleu Blanc, suivi des travaillistes a rejoint la coalition d’un Gouvernement d’urgence nationale avec rotation du rôle du P.M au bout de 18 mois.

Le Parti Bleu Blanc fort de 16 Députés seulement engrange 16 Ministères dont les plus prestigieux au grand damn de la droite forte de 58 sièges où les grognements se font entendre.

Avant les élections, la Cour Suprême questionnée par le Conseiller juridique du Gouvernement a déclaré que rien ne s’opposait à ce que Benyamin Netanyahou soit Premier Ministre et dirige le Gouvernement.

Après 1 an de blocage, constatant le lâchage de Benny Gantz, Yaïr Lapid veut amener une déposition du P.M, en suscitant des manifestations à répétitions avec les drapeaux noirs des anarchistes.

Hier encore en dépit du confinement, une manifestation rassemblant en toute illégalité 1.500 personnes  s’est déroulée Place Rabin.

Manifestation contre l’accord de coalition

Aimez-vous cet article ? Inscrivez-vous à notre Newsletter en cliquant ici.

Pas moins de 11 pétitions ont été déposées auprès de la Cour Suprême en vue de destituer Benyamin Netanyahou au prétexte qu’il est sous le coup d’une série d’inculpations dont les plus grands juristes internationaux dont Alan Dershowitz ont dit qu’il n’y avait pas lieu de poursuivre.

La loi précise qu’en cas de condamnation en appel le P.M est tenu de démissionner, hors le procès en première instance ne s’ouvrira qu’à la mi-mai.

Mais Yaïr Lapid n’en est pas satisfait, il tourneboule pour essayer de trouver une solution qui permette d’interdire au P.M de gouverner.

Qui est dans l’illégalité?

  • Le P.M qui a été élu, et qui gère la crise de la pandémie avec succès, (l’hôpital de Sharé Tsedek à Jérusalem vient de fermer le service consacré au Covid 19 faute de patients, les 3 derniers âgés de 88, 91, et 93 ans, soignés à l’hydrochloroquine + azithromycine + zinc sont sortis guéris. À Ashdod, l’hôpital vient de fermer également samedi son service car le dernier patient est sorti guéri).
  • Ou Yaïr Lapid qui refuse d’accepter le résultat des urnes et suscite la révolution dans la rue. Au prétexte que ses 16 Députés, les 16 des Arabes unifiés et les 7 d’Israël Beteinou donc les 39 Députés pèseraient plus que les 81 de la coalition!!!

Entretemps le Gouvernement ne peut gouverner, et la Cour Suprême qui a déjà précisé sa position, est obligée de donner une réponse aux pétitions, elle ne peut revenir sur un avis précédent, rappelons que le rôle de la Cour Suprême c’est de se prononcer sur des lois fondamentales votées par les Députés, mais elle n’a pas pour mission de s’insérer dans la création de la coalition. Mon plombier, ne donne pas des ordres à mon épouse pour lui intimer sa recette lorsqu’elle prépare un plat.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli LAIK pour http://les-francophones-d-israel.com/

Print Friendly, PDF & Email
Translate »

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :