Procès Abdelkader Mérah, et Fettah Malki: l’outrage à la justice.

Comments (0) Elections France, Justice, Présidentielles France, Problèmes de société

Eli LAIK

Le Procès d’Abdelkader Mérah et de Fettah Malki vient de s’achever et le verdict est tombé.

  • Abdelkader Mérah reconnu coupable d’associations de malfaiteurs terroristes, et de vol en réunion d’un scooter, est condamné à 20 ans ferme dont il devra exécuter au moins les deux tiers. La Cour d’Assises ne l’a pas reconnu coupable de complicité d’assassinats, lors des attentats perpétrés en mars 2012 par son frère Mohamed à Toulouse et Montauban, ni de terrorisme islamiste.
  • Fettah Malki qui a fourni à Mohamed Merah un gilet pare-balles et un pistolet-mitrailleur, est reconnu coupable d’association de malfaiteurs terroristes. Il est condamné à une peine de 14 ans de prison. Il a décidé de faire appel. La Cour d’Assises ne l’a pas reconnu coupable de complicité d’assassinats, lors des attentats perpétrés en mars 2012 par Mohamed Mérah à Toulouse et Montauban, ni de terrorisme islamiste.

Pourquoi Abdelkader Merah a t-il été condamné? On lui reprochait d’être un terroriste islamiste. Pour son axe de défense, il a prétendu qu’il était un orthodoxe musulman, qu’est ce qu’un orthodoxe musulman? C’est une personne qui suit à la lettre les préceptes du Coran et des Hadiths et de la Charia qui en découlent à l’exclusion de toute autre loi en application dans le pays d’accueil.

« Ne pas nommer les choses ajoute au malheur du Monde disait Albert Camus. »

La France reconnaissant la sainteté du Coran et de l’Islam, se doit de considérer que des bons musulmans respectant la totalité des textes et appliquant donc la Charia tels que Abdelkader Mérah, Fettah Malki, ainsi que tous les membres de l’État islamique (pudiquement nommé en France Daesh pour ne pas faire d’amalgame) ne soient jamais traduits en justice pour leurs actes aussi bien en France qu’à l’étranger, et dans la mesure où ils seraient traduits en justice, qu’ils soient relaxés. Ce qui reviendrait à dire que la loi n’est pas égale pour tous. Coluche aurait précisé « qu’elle est plus égale pour certains que pour d’autres. »

Aimez-vous cet article ? Inscrivez-vous à notre Newsletter en cliquant ici.

Si la France n’est pas en accord avec le paragraphe précédent, elle doit appeler un chat un chat. « Ne pas nommer les choses ajoute au malheur du Monde disait Albert Camus. » La France doit d’abord reconnaître les choses et les nommer: que certains écrits du Coran et des Hadiths et la Charia qui en découlent, ne sont pas acceptables car ils sont en contradiction avec les lois de la République, et de la Démocratie, qu’il convient donc de les interdire, ainsi que les prêches des Imams qui s’y réfèrent.

Considérant ce qui précède, les Juges se doivent de traduire cette décision dans les faits, en condamnant les inculpés à des peines en regard de leurs actes, il faut au premier chef requalifier les faits, les deux accusés doivent répondre de l’inculpation

  1. De terrorisme islamiste.
  2. De complicité d’assassinat lors des attentats islamistes perpétrés  en mars 2012 par Mohamed Mérah à Toulouse et Montauban.

Le deuil des familles des victimes dépend de cette requalification des actes, qui ne se contenteront pas de cette parodie de justice.

Le Parquet Général de Paris ne s’y est pas trompé, il fait appel du verdict.

Rester sur la position actuelle est un signal fort au terrorisme islamiste:

« Nous acceptons votre loi et nous y soumettons. »

Dans ce cas pourquoi avoir rejoint la coalition anti État islamique?

Si l’État veut retrouver son rôle qui est celui de défendre ses citoyens, il doit avoir une action qui ne soit pas ondoyante sur le sujet, son image auprès des citoyens en sortira rehaussée. Un message clair au terrorisme islamiste est nous serons fermes, vous ne passerez pas, la Charia est interdite en France (en Europe, le message doit être le même partout) elle est hors-la-loi.

L’État et les Médias qui le relaient doivent arrêter de parler d’islamophobie et de qualifier cette dénomination de répréhensible c’est contraire au bon sens, car le mot composé de islam et de phobie (du grec phobos=peur) c’est la peur de l’Islam, en quoi avoir peur de quoi que ce soit doit-il être puni par la loi?  Alors nous devions selon ces données embastiller les personnes sujettes au vertige au prétexte qu’elles ont peur du vide!!!

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli LAIK pour http://les-francophones-d-israel.com/

Print Friendly, PDF & Email
Translate »

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :