Réunification de la Judée-Samarie et d’Israël

Comments (0) Élections Europe, Elections Israël, Elections USA, Knesset, Likoud, Onu

Eli LAIK

Les Accords d’Oslo datent du 28 septembre 1995, à l’époque le plan de paix de Itzak Rabin prévoyait une période transitoire de 5 ans pour laisser le temps de régler les questions de terrain. Le résultat des discussions issu des accords d’Oslo n’ont force de loi qu’en cas d’accord des 2 parties, il est stipulé que les accords seront rompus en cas de demande unilatérale de l’État par les Arabes.

Entretemps la Judée, et de la Samarie improprement appelées par les Arabes « Cis-Jordanie » du nom donné par les Jordaniens en 1950 lors de leur annexion illégale de la Judée et de la Samarie ainsi que de la partie Est de Jérusalem, est découpée en trois zones:

Zone A:  20% des terres et 50% de la population arabe. Administration Arabe et sécurité Arabe. L’armée israélienne se donne le droit d’intervenir dans la zone A. La sécurité est mixte à ‘Hevron. La zone A est divisée en 171 zones.

Zone B: 18% des terres et 40% de la population arabe. Administration Arabe et sécurité mixte Arabo-Israélienne. La zone B est divisée en 298 zones.

Zone C: 62% des terres et 10% de la population arabe selon des sources du Gouvernement israélien environ 70.000 au lieu des 181649 si on tient compte de 10%. Administration et sécurité Israélienne.

Cette zone C est elle même divisée pour des raisons de sécurité en plusieurs zones:

  • Une zone tampon de 783 Km2.
  • Une zone sous contrôle total de l’Armée israélienne de 1580 Km2.
  • Une zone résiduelle de 1143 Km2

Les chiffres de la population arabe sont fournis par les Arabes selon des recensements établis par eux certains recensements datent de 2007 (JÉNINE) ou n’ont jamais communiqué et sont seulement estimatifs (TULKAREM) Les chiffres sont douteux, et fournis en vue de percevoir des allocations par l’Unwra. Si on part du principe qu’il n’y a que 70.000 Arabes qui vivent en zone C, si ils représentent 10% de la population totale le chiffre serait alors de 700.000 pour la totalité de la Judée-Samarie, le chiffre réel se situe probablement dans cette fourchette.

Ville Superficie Population recensement Densité de population % Superficie % Population
7 grandes villes et 2 petites. Superficie KM2
JUDÉE SAMARIE 5655
BETHLÉHEM 106,11 200000 2015 1885
HÉVRON 74,1 215452 2016 2908
JÉNINE 37,3 39004 2007 1046
TULKAREM 28,8 125000 ESTIMÉE 4340
NAPLOUSE 28,6 214903 2016 7514
QALQILYA 25,8 51683 2017 2003
RAMALLAH 16,3 35140 2016 2156
SALFIT 4 10911 2017 2728
TUBAS 2,27 16154 7116
Agglomérations 807,72
Total zone A 1131 908247 estimée 803 20% 50%
zone B 1017,8 726598 estimée 714 18% 40%
Zone C 3506,1 181649 estimée 52 62% 10%
Total 3 zones 5654,9 1816494 estimée 100% 100%

La population juive de Judée-Samarie en 2018 était de 412.868 pesrsonnes.

Aimez-vous cet article ? Inscrivez-vous à notre Newsletter en cliquant ici.

Refus d’Abou Mazen de discuter avec Benyamin Netanyahou:

Les Arabes sont partisans de 2 approches en ce qui concerne en Israël.

  1. L’approche dure, c’est celle préconisée par la conférence de Khartoum (le triple non) Non à la paix avec Israël. Non à la reconnaissance d’Israël. Non à des négociations avec Israël. Cette approche est celle du Hamas par exemple qui appelle à l’éradication d’Israël.
  2. L’approche plus douce, c’est celle préconisée par le Fatah, Il y a eu des négociations avec Israël afin d’obtenir des avantages, et paraître aux yeux des Occidentaux « fréquentables », en contrepartie, les Occidentaux versent d’énormes allocations qui enrichissent démesurément les dirigeants, qui ne laissent que des miettes aux pauvres hères qui sont amenés à exécuter des attentats. Les terroristes sont alors largement rémunérés si ils sont emprisonnés et en cas de décès les allocations sont versées à la famille. Depuis le 15 septembre 2010 Abou Mazen refuse de rencontrer Benyamin Netanyahou, ils n’ont échangé que quelques paroles aimables en septembre 2016 lors des obsèques de Shimon Peres. Par contre il est contre la paix négociée, car il veut perpétuer le conflit, il veut la création d’un État juderein sans négociations afin de s’en servir comme tremplin pour éradiquer Israël et s’installer ensuite du Jourdain à la Mer comme le montrent les cartes qu’il fournit aux écoles. Il est donc pour la politique du salami.

À une occasion les Arabes ont refusé l’autonomie, à trois reprises ils ont refusé un État à côté d’Israël:

  1. En 1947, ils ont refusé la résolution 181 de partage de l’Onu.
  2. Suite à Camp David en 1978, entre Israël et l’Égypte, où l »autonomie fut accordée aux Arabes à Gaza et en Judée Samarie, Anouar El Sadate supplia l’O.l.p de valider ses accords avec Israël, et de  s’engager dans des Pourparler de paix. Yasser Arafat rejeta tout en bloc il fit assassiner par ses nervis tous les Arabes soutenant les thèses de Sadate.
  3. En 2000,  Ehud Barak accepta le plan Clinton, les territoires contre la paix, Arafat refusa car il voulait qu’Israël accueille les réfugiés en son sein alors que l’État arabe serait judenrein, il lança la seconde intifada. En dépit des violence Barak proposa d’offrir la totalité de la Bande de Gaza, la quasi totalité de la Judée, et de la Samarie à l’exclusion d’un petit bloc de trois implantations compensé par un échange de terres israéliennes, ainsi que le retrait de toutes les autres implantations. Il proposa en outre qu’il n’y ait aucun contrôle israélien à la frontière avec la Jordanie ou du côté de la vallée du Jourdain.
  4. En 2008 à l’issue de mois de pourparlers, Ehud Olmert rencontra Abou Mazen, avec en main un plan de paix complet. Israël annexait les grandes implantations, en échange de territoires d’une partie équivalente ainsi que le partage de Jérusalem. Abou Mazen refusa.

De tout temps, les Arabes a toujours voulu attaquer Israël pour l’éradiquer, à aucun moment ils ne se sont préoccupés de créer les structures d’un État.

Rupture unilatérale des Accords d’Oslo par Abou Mazen.

Le 23 septembre 2011 à 11h46 à New-York, Abou Mazen a demandé officiellement la reconnaissance de l’État auprès de Ban Ki-Moon.

Cette demande consacre la rupture unilatérale des accords d’Oslo qui deviennent lettre morte. Sans accords d’Oslo, il n’y a plus de reconnaissance d’un « Peuple palestinien, il n’est plus question de la création d’un Pays. »  Pourtant Israël ne réagit pas.

19 Mai 2020 Abou Mazen demande aux forces de sécurité Arabes de ne plus coopérer avec Israël.

22 Mai 2020 Israël prend acte et demande aux Forces de sécurité arabes de se replier de la zone B vers la zone A.

Les forces de sécurité arabes veulent empêcher l’accès à Hébron qui est en zone A mais qui a été de tout temps sous sécurité mixte.

Abou Mazen sera t-il autorisé à quitter la zone A?

Israël ne souhaite pas jeter d’huile sur le feu, ses prises de positions sont réfléchies, étalées dans le temps.

Les conditions actuelles sont idéale pour proclamer la souveraineté sur ces terres:

  • Administration américaine favorable.
  • Rupture unilatérale des accords d’Oslo.
  • Knesset introuvable favorable.
  • Majorité du Pays favorable.

Nous avons passé 72 ans à procrastiner, ce temps est révolu.

Le temps de passer à l’acte peut être comparer ici à la fenêtre permettant le tir d’une fusée en vue d’aller sur la Lune ou sur Mars. Nous avons attendu 2000 ans, nous n’allons pas attendre 2000 ans supplémentaires.

Qualification des terres de la Judée-Samarie:

Aucun document officiel ayant force de loi ne précise que la Judée-Samarie dans son intégralité ou partiellement doive être destiné à un État arabe.

Les termes de la Conférence de San Remo qui ont force de loi sont sans équivoque Israël a sa place dans toute la Palestine mandataire, c’est à dire la Jordanie et la Judée-Samarie et toute la terre jusqu’à la Mer.

La Judée-Samarie ayant été reprise au cours d’une guerre défensive à la Jordanie qui l’avait illégalement annexée, en 1967 Israël a donc récupéré cette terre dont il a depuis assuré l’administration. Les relations avec les Occidentaux d’une part et la situation de voisinage d’autre part on fait que la réunification de ces terres avec Israël n’a pas été effectuée à ce moment là.

Le terres appartenant en toute propriété à Israël, le Gouvernement est libre d’en faire ce que bon lui semble. Comme le propriétaire d’un appartement, il peut l’occuper lui même, le faire occuper par sa famille, le louer en contre partie d’un loyer, ou le laisser vide pendant le temps qu’il décide.

Aujourd’hui, avec l’agrandissement imminent de la famille (Grande Alyah prévue) dont il faut loger de nombreux membres de la famille, il est temps de récupérer notre terre n’en déplaise à ceux qui  l’ont squattée ou à ceux qui l’ont laissé être squattée.

Un bémol sur ce plan « Trump »

L’administration américaine est d’accord avec cette unification de la moitié de la zone C avec Israël, sous réserve de la mise en place d’une carte précise dont les contours seraient opposables à Israël comme frontières dans le cas d’acceptation improbable par les Arabes. Ce qui validerait internationalement la création d’un pays Arabe où demeureraient des enclaves israéliennes, le tout serait inacceptable.

Nous devons dans un premier temps réunifier la totalité de la zone C afin de ne laisser aucune localité juive cernée par des colonies arabes, ce qui rendrait leur vie insupportable.

Nous n’avons pas quitté les pays occidentaux où ils nous pourrissaient la vie, pour leur laisser l’occasion d’en faire de même dans le seul pays juif qui ne fait que 27.000 Km2 Judée-Samarie comprise.

Nous devons reprendre les constructions sans en référer à quiconque, seule l’Administration israélienne doit donner son point de vue. Nous ne précisons pas à la France ou à n’importe quel pays au Monde où ils peuvent construire. Fini l’ère néo-colonialiste.

Statut national ou statut de résidents?

D’autre part, il serait question alors d’octroyer la nationalité à quelques 100.000 Arabes vivant sur cette partie de la zone C. À remarquer on parle suivant les interlocuteurs de 70.000, ici de 100.000, selon les estimations de 181.000 sur l’ensemble de la zone C. Le fait de ne pas octroyer la nationalité serait considéré comme de l’apartheid nous dit-on.

1948 expulsion des habitants juifs de Jérusalem occupée par la légion arabe de Jordanie.

Pourtant, à l’analyse des évènement précédents, en 1948 les Jordaniens aidés des Britanniques ont vidé toute la Judée, la Samarie et la partie Est de Jérusalem, puis en 1950 ils ont annexé cette zone, et enfin ils ont incité des Arabes de 7 pays à venir peupler la zone en remplacement des Juifs expulsés. Tout ceci est contraire à la Charte de l’Onu, et personne n’a réagit.

Pourtant,les leaders arabes le disent, il n’y a pas de « Peuple palestinien » il s’agit d’une approche politique de la guerre contre Israël, les Arabes font tous partie de la Nation arabe qui a pour but avoué la conquête de la terre entière.

Ne pourrait-on s’inspirer de l’exemple de l’Inde et du Pakistan, et proposer à ceux qui ne se sentent pas heureux de vivre près des Juifs avec un statut de résident, (dans tous les pays au monde il existe des résidents qui n’ont pas la nationalité du pays où ils vivent) d’aller vivre auprès de leurs frères arabes moyennant l’indemnisation de leurs biens. A noter que lorsque les pays musulmans ont expulsé leurs Juifs et ils étaient 930.000, ils ont spolié leurs biens, et ne les ont pas indemnisés.

La position de la Cour Suprême:

Mardi 9 juin 2020, la Cour Suprême a émis un jugement par 8 voix contre 1, elle s’est prononcée pour la destruction de 1.000 logements construits en Samarie au pretexte que les terrains appartenaient à des Arabes.

Le problème du cadastre en Israël est qu’il dépend d’une Administration archaïque, dont les règles sont nébuleuses. Lorsque vous achetez un appartement, le certificat de propriété du terrain est fixé par le Tabo. Celui-ci n’est délivré à l’acheteur que des années après qu’il ait pris possession de son bien.

A titre comparaison, en France vous achetez un terrain pour lequel le vendeur vous présente un document du cadastre classant le terrain constructible, vous en devenez propriétaire et vous présentez un permis de construire qui vous est accordé dans un délai de 2 à 6 mois, vous commencez alors la construction.

Une des réformes à mettre en place par la Knesset avant de s’aventurer dans de nouvelles constructions, c’est la réforme des lois cadastrales et de la constructibilité, il faut souvent 10 ans entre un projet de construction et la livraison du bien, le genre de plaisanterie évoquée plus haut est indigne d’une administration cadastrale digne de ce nom.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli LAIK pour http://les-francophones-d-israel.com/

Print Friendly, PDF & Email
Translate »

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :