Israël, la politique sociale à travers les âges

Comments (0) Elections Israël, Knesset, Likoud, Problèmes de société

Eli LAIK

C’est le rôle d’un Député à la Knesset issu de l’Alyah de France de s’impliquer dans ce dossier.

Les manifestations se suivent en permanence pour dénoncer le mal-vivre de certaines couches de la population israélienne, à ne pas confondre avec le tam-tam médiatique relatif à de soit disant affaires que les tribunaux saisis à grands renfort de shekelim, bottent en touche en déclarant le non lieu.

Les Médias au lieu de s’occuper de la misère de certains contestent le résultat des élections cherchant par tous les coups tordus à provoquer des élections anticipées couteuses en deniers publics qui seraient mieux employés s’ils étaient orientés pour soulager les plus démunis.

Les pères fondateurs issus de l’Alyah russe 1903-1914

Ils sont arrivés avec dans leurs bagages des idées communistes ou socialistes. Bien avant l’Indépendance, à l’initiative de David Ben Gourion, la Histadrout s’est impliquée dans tous les rouages de tous les éléments constitutifs d’un futur État.

Ses membres disposaient d’un carnet rouge, qui à l’instar de la Téouda zéout actuelle était réclamée pour tous les actes de la vie civile. Vous vouliez un travail,  vous aviez besoin de soins, vous vouliez un logement, tout ceci, le carnet rouge vous l’offrait. Si vous aviez opté pour le syndicat concurrent, carnet bleu, tout ceci était beaucoup plus difficile à obtenir.

Le jour de l’indépendance, la Histadrout régnait en maître en Israël, c’était l’État dans l’État, elle gérait la santé à travers la Histadrout Clalit, dont le nom est devenu celui d’une Koupat olim, ainsi que le logement avec des crédits alloués par sa propre banque Hapoalim, elle s’est impliquée dans tous les organismes essentiels du pays l’énergie avec l’électricité, les transports avec les autobus, etc.

Depuis 1995 l’État a décidé de gérer la santé à travers un organisme unique le Bitouar’h Leomi (public) l’équivalent de la sécurité sociale telle que nous la connaissons en France. Elle assure des soins à hauteur de A.B.C.D, si les israéliens le souhaitent, ils ont le loisir de cotiser à des caisses complémentaires de leur choix, les Koupot Olim (privé) qui peuvent couvrir en fonction du taux de cotisations, les risques E.F.G.H , il existe en complément le recours à une assurance privée pour obtenir des couvertures supplémentaires: rendez-vous avec des spécialistes en privé, opérations, greffes etc.

Aimez-vous cet article ? Inscrivez-vous à notre Newsletter en cliquant ici.

La nouvelle génération celle des 35 ans.

Les enfants et petits enfants des pères fondateurs ont profité du système et sont devenus Avocat, Banquiers, Hommes d’affaires, ils forment l’aile ultra-libérale du Likoud, pour eux l’État doit se désengager de tout, de la santé, de l’armée, de l’école, de l’énergie du social, etc… Tout doit être privatisé, tant pis pour les plus démunis qui restent sur le bord de la route.

Une troisième voie se dessine.

Issus de l’Alyah de France, ayant la connaissance des méfaits du tout État, et de son pendant le tout privé, ils ont une approche de rigueur budgétaire, teintée d’humanisme, ils réfléchissent à des voies dont les bienfaits ont été constatés ailleurs, et souhaitent les voir en application en Israël pour le bonheur de tous les Israéliens. Cette voie est celle de l’aile centriste du Likoud.

C’est ici qu’un Député à la Knesset issu de l’Alyah de France et nourri de ces idées devrait être choisi afin de participer au bien vivre de tous.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli LAIK pour http://les-francophones-d-israel.com/

Print Friendly, PDF & Email
Translate »

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :