La faible productivité en Israël

Comments (0) Elections Israël, Knesset, Likoud

Eli LAIK

Le rapport de l’Ocde pointe sur la faible productivité en Israël.

C’est le travail d’un Député à la Knesset issu de l’Alyah française d’impulser cette réforme. Il œuvrera pour le bien être de tous, car ça génèrera une augmentation du pouvoir d’achat, et des exportations des produits israéliens.

Pour expliquer les choses comparons la production laitière au nombre de vaches, nous aurons la productivité par vache.

Usa 87,5 millions de tonnes de lait sont produits par 9,2 millions de vaches soit 9,51 tonnes par vache.

Inde 50,3 millions de tonnes de lait sont produits par 43 millions de vaches soit 1,17 tonnes par vache.

Israël est double champion du monde avec 11.292 litre par vache et avec « Soufa » la vache israélienne championne du Monde qui produit 21.400 litres.

Aimez-vous cet article ? Inscrivez-vous à notre Newsletter en cliquant ici.

Par contre la filière agroalimentaire israélienne qui est un secteur protégé voit ses prix exploser, au détriment du pouvoir d’achat si  nous avions une libéralisation du marché, nous verrions avec la concurrence les prix baisser sensiblement pour le plus grand bonheur des consommateurs. Quitte pour l’État à verser des indemnités compensatrices à la filière pour préserver la production nationale.

Ces indemnités ne participeraient pas à la rupture des équilibres budgétaires.

Prenons un exemple d’un produit israélien vendu 100 Nis, un produit d’importation vendu avec frais de douane de 100%, 160 Nis. Il se vend 1000 produits israéliens pour 10 produits d’importation. (Tous les prix sont considérés HT).

Taxe à l’importation: 800 Nis.

Tva sur produits israéliens: 17.000 Nis.

Tva sur les produits importés: 272 Nis.

Total recettes de l’État: 18.072 Nis.

Supposons que nous supprimions les frais de douane, les produits importés sont mis sur le marché à 80 Nis.

En raison de la baisse des prix, les ventes de produits importés vont bondir, à 1500 unités, leur fabricant appliquera une remise quantitative de 10%, et le prix deviendra 72.

Le producteur israélien doit ramener son prix à 72 pour lutter contre la concurrence, le producteur sera obligé d’augmenter sa productivité pour pouvoir s’adapter. Pour passer de 100 à 72, il devra augmenter sa productivité de 28%, il ne pourra pas le faire immédiatement mais sur 5 ans par exemple, l’État lui versera des indemnités compensatoires dégressives de 22,4 la première année, 16,8 la seconde, 11,2 la troisième et 5,6 la quatrième année soit 56. Supposons que le producteur israélien vende lui aussi 1.500 unités, il aura donc augmenté sa production de 50%, il sera gagnant.

Tva sur les produits importés: 18.360 Nis.

Tva sur les produits israéliens: 18.360 Nis

Recettes de l’État: 36.720 Nis.

Indemnité compensatoire 1ère année: 33.600 Nis solde net 3.120 Nis, mais les distributeurs comme le producteur israélien ayant une augmentation de volume, l’État encaissera plus d’impôts sur les bénéfices. Et au bout de 5 ans la Tva sera du double qu’avec la situation originelle.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli LAIK pour http://les-francophones-d-israel.com/

Print Friendly, PDF & Email
Translate »

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :