La politique en Israël

Comments (3) Elections Israël, Knesset

Eli LAIK

Lors d’une récente réunion politique, une « Ola ‘hadasha » (nouvelle immigrante) a déclaré qu’après son arrivée en Israël, elle avait été amenée à voter sans avoir trop d’information sur les programmes politiques des différents partis, cet article tentera d’apporter les meilleures réponses possibles.

Comme dans tous les pays, la politique en Israël connaît un clivage gauche-droite.

Israël est un pays en guerre depuis sa refondation en 1948, ce clivage gauche-droite ne se définit pas comme ailleurs sur la manière de partager le gâteau entre les entreprises, les salariés, et l’État. La vision des rapports entre Israël et les Arabes est au cœur des débats.

Globalement depuis les accords d’Oslo:

  1. La gauche préconise « les négociations à tout prix. »
  2. La droite réclame des négociations sans conditions préalables.
  3. Les Arabes prisonniers du triple non de Khartoum, ont négocié, mais au dernier moment ont toujours louvoyé, rajoutant systématiquement des demandes inconsidérées:
  • Création d’un pays Judenrein.
  • Non reconnaissance d’Israël comme État juif.
  • Le droit au retour pour plus de cinq millions des descendants des 530.000 réfugiés de 1948 (800.000 – 270.000 accueillis en Israël en 1949) dans le territoire d’Israël.

La première demande procède d’une politique d’épuration ethnique, telle qu’elle avait été pratiqué par la Jordanie en 1949 dans la partie est de Jérusalem, en Judée et en Samarie.

Le second point rejoint un point du triple non de Khartoum: non à la reconnaissance d’Israël.

Le troisième point: si un pays nouveau était créé, il aurait vocation à accueillir les descendants des réfugiés de 1948, mais les Arabes veulent par cette demande noyer le pays juif au moyen de millions d’Arabes, (comme en Europe aujourd’hui.)

Ces trois demandes jugées à l’époque inacceptables par tous les Occidentaux, ne les empêchent pas de réclamer à cor et à cris de négociations, la France tête de file des demandeurs propose de reconnaître l’État si les négociations n’aboutissent pas dans le délai d’un an, ce qui bien sur incite les Arabes à ne rien faire et à attendre.

Depuis peu, la gauche a réalisé que les négociations étaient inappropriées dans l’état de déliquescence de la région.

Aimez-vous cet article ? Inscrivez-vous à notre Newsletter en cliquant ici.

Une demande de la gauche est de rogner le budget de la défense afin de réaliser du social. Ce point a déjà été traité dans ces colonnes.

Et puis en Israël démocratie oblige, il y a le parti arabe élu à la Knesset qui n’a qu’un but démanteler l’État d’Israël trois Députés viennent d’être suspendus de débat, mais pas de droit de vote. Une future loi devrait permettre de les radier de la Knesset pour activité anti-nationale (ils ont été visiter les familles des terroristes abattus et ont observé une minute de silence.)

Par ailleurs, cet article détaille le système électoral israélien.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli LAIK pour

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli LAIK pour http://les-francophones-d-israel.com/

Print Friendly, PDF & Email
Translate »

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :