Ashdod, recette originale pour empêcher l’émergence d’un mouvement francophone

Comments (5) Likoud

Eli LAIK

IMG_0105

Prenez un ancien Maire ayant exercé la magistrature pendant 32 ans,connu pour avoir mis en place une cité dortoir. Évincé lors du précédent scrutin par son adjoint plein d’allant qui transforme en 5 ans la Cité d’une manière remarquable.

Cet ancien Maire n’a qu’une idée en tête, retrouver les honneurs de premier Magistrat de la Ville, il persuade donc un de ses anciens adjoints connu pour avoir trusté 9 mandats de venir le seconder dans ce combat, ils compte bien que l’électorat russophone l’aidera dans cette tâche.

Comment supprimer à Yé’hiel Lasry ses appuis ? On prend chez les francophones les personnes insatisfaites du Maire (il y en a toujours), on les transforme en hérauts d’armes, affublés de leurs longues trompettes, qui vont prêcher la bonne parole de Tsvi Tsilker , de préférence le lachon hara.

Il n’y a donc pas de place pour une liste francophone !

L’électorat francophone représente 8.000 électeurs, seuls 25% votent (constaté lors des précédentes élections, et même 7% pour les Législatives Françaises), il ne se mobilise pas, pourquoi? il ne pèse pour les Municipales que 2.000 voix, insuffisant pour obtenir un siège, il n’y a donc pas de place pour une liste francophone.

Ajouter  cela que Tsvi Tsilker a cassé l’électorat francophone en deux, pour mettre en péril la réélection de Yé’hiel Lasry qui présente une liste avec en quatrième position la francophone Nili Pitchon.

Sollicité de toutes parts, je refuse d’aider la liste Benloulou favorable à Tsvi Tsilker, d’autre part je pense que Benloulou ne pèse que quelques centaines de voix et que les francophones ne pourront pas faire élire le second de liste, il se servira des voix francophones pour lui même.

Aimez-vous cet article ? Vous pouvez vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici.

Lorsque le parti Habaït Hayehoudi présente une liste avec en troisième position la francophone Orah Sofer et en neuvième son mari Shaul, ce parti précisant soutenir Yé’hiel Lasry, je pense à ce moment là que les francophones n’ont aucune chance d’arriver à la Mairie tant on les avait divisés. Je ne pouvais décemment pas en pleine campagne publier de telles réflexions, j’aurais participé alors à une plus forte démobilisation de l’électorat francophone.

Je suis ‘Haver halikud fortement engagé avec le recrutement de nombreux adhérents, soutien de Campagne responsable de la région Sud pour l’élection d’Emmanuel Navon, également présent lors des primaires puis lors des élections à la Knesset, avec la participation remarquée de 200 francophones aux premiers rangs d’une salle de 500 places lors de la venue de Benyamin Netanyahou à Ashdod (travail en commun avec Nili), lorsque la direction du Likoud me demande de travailler avec elle pour les municipales, je reste cohérent avec moi même et rejoins l’équipe מחל menée par Shlomo Portal.

Lorsque מחל me propose une 6ème place sur sa liste, (le Likoud à Ashdod représente 42% de l’électorat, sa meilleure implantation en Israël) je n’hésite pas, il faut sauver le soldat Lasry, d’autant que j’obtiens, que je sois ou non élu, le bureau francophone dont j’ai eu l’occasion de vous parler, et également ici, ainsi que sa duplication dans les autres communes à forte population francophone.

Certains francophones n’ont pas compris ma position, ils m’ont accusé de tous les maux. S’ils étaient venus m’écouter plus nombreux lors des quatre conférences que j’ai tenues, dont la dernière exclusivement en Français, ils auraient réagi différemment. De plus dissuader l’électeur de venir écouter tel ou tel Candidat est une entrave au bon fonctionnement de la démocratie.

22 listes de Candidats Conseillers Municipaux étaient en lice, la moitié présentant des candidats Likoud qui n’ont pas assumé leur étiquette. Comme à l’accoutumée, les religieux, les russophones, et les Géorgiens, qui votent à 90 voire 95%, remportent 20 sièges sur les 27. Les hébraïsants, et les francophones fidèles à leurs habitudes font preuve d’abstention, le taux de participation, pourtant l’un des meilleurs d’Israël, plafonne à 53%. Les francophones sont laminés, la liste מחל n’ayant pas d’élu.

Qui peut donc s’étonner que la promesse de מחל d’ouvrir un bureau francophone à la Mairie ne soit pas tenue. A qui la faute? Tout le monde sait qu’un véhicule n’avance qu’avec du carburant, c’est identique en politique si on veut que les promesses soient tenues, il convient de voter pour ceux qui les ont formulées. Il était préférable d’obtenir le bureau plutôt qu’un élu hypothétique, le responsable du bureau ayant alors l’oreille de sa tête de liste.

Aujourd’hui après bien des déchirements, nous entendons des voix demander la réunion en vue des prochaines élections, il faut mettre en place des primaires, c’est exactement mon discours depuis des années.

Les prochaines élections c’est pour très bientôt, nous avons des régionales, avec déjà des Candidats déclarés. Il est temps de se mettre à l’œuvre.

Et pour le printemps, les Élections des Conseillers de l’Étranger.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eli LAIK pour http://les-francophones-d-israel.com

Translate »

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :